En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Vous travaillez dans l'IT et vous souhaitez devenir indépendant ? Comment faire ?

News / Conseils

Vous travaillez dans l'IT et vous souhaitez devenir indépendant ? Comment faire ?

Vous travaillez dans l'IT et vous souhaitez devenir indépendant ? Comment faire ?

Vous travaillez dans une entreprise de communication, en lien avec le digital ou dans le domaine des nouvelles technologies et vous souhaitez devenir consultant indépendant ? Il existe de nombreuses solutions pour se mettre à son compte et vivre pleinement de son activité. Retour sur les étapes à suivre pour que votre aventure entrepreneuriale devienne un succès.

Le potentiel du marché

Les métiers du digital et du numérique connaissent une expansion sans précédent depuis quelques années. Internet ne se perçoit plus uniquement comme un lieu de partage gratuit d’informations mais également comme un espace, à part entière, de prospection commerciale. 
Dans ce contexte, de nombreux professionnels choisissent la voie du consulting pour conseiller et accompagner les entreprises dans leur démarchage sur le web. Ces consultants accèdent à une demande forte en provenance d’entreprises historiquement implantées qui ne veulent pas rater la révolution numérique. En parallèle, de nouvelles entreprises en création sont également en demande d’appuis techniques et stratégiques.

Il existe de plus en plus d'exigence dans le choix du prestataire et il faut savoir se démarquer. Ainsi, des consultants au profil IT peuvent assurer des missions de promotion  de développement et intégration, de web marketing et digitale, de création de sites internet et d’application ou encore pour optimiser la visibilité d’un site sur les moteurs de recherche. 
Un consultant IT doit donc bien appréhender son marché et orienter son offre sur cette clientèle précise.

Que signifie le statut indépendant ?

Un professionnel dit « indépendant » n’est soumis à aucune forme de subordination hiérarchique. Il est son propre employeur et son propre supérieur. Cela explique la raison pour laquelle les indépendants n’éditent pas de bulletin de paie, conséquence directe d’un contrat de travail établi entre un employeur et un employé. Il existe plusieurs statuts adaptés aux profils des indépendants. En règle générale, ces derniers choisissent la voie de la micro-entreprise, de l’entreprise individuelle ou du portage salarial. Le choix d’un statut juridique a une incidence sur la fiscalité, le calcul des rémunérations ainsi que la prise en compte de l’impôt sur le revenu. Dans certains cas, le professionnel peut être responsable des dettes de l’entreprise sur ses biens propres et sur son patrimoine.

Aussi, les prélèvements sociaux se calculent (pour l’entreprise individuelle comme la micro-entreprise) sur la base du chiffre d’affaires réalisé. Ces entrepreneurs doivent également régler la CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) assise sur le lieu d’exercice de l’activité. 

Les aides possibles

L’État encourage la création d’entreprises et peut, à ce titre, soutenir financièrement certains entrepreneurs. Parmi les aides les plus connus, on retrouve les exonérations de cotisations sociales pendant la 1ère année d’activité du micro-entrepreneur. Pour les professionnels bénéficiant du chômage, le dispositif ACCRE peut également les aider.
Un indépendant peut aussi bénéficier d’un prêt d’honneur (à taux zéro) qui lui permet de réaliser certains investissements de départ. Dans le domaine numérique, les investissements sont relativement limités et il est possible de démarrer rapidement son activité.

Les déclarations légales obligatoires

Les professionnels travaillant dans le numérique doivent obligatoirement détenir une existence juridique pour pouvoir exercer. A ce titre, la création d’entreprise s’opère avec la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) pour une société et le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) pour une micro-entreprise.
Il convient de souligner qu’un micro-entrepreneur peut utiliser son compte courant personnel pour encaisser les règlements de sa clientèle. Il reste conseillé d’ouvrir un compte en banque uniquement dédié à l’activité professionnelle afin de gagner en lisibilité.

En parallèle de la création d’un compte bancaire, il est important d’être accompagné par un cabinet d’expertise comptable. Ce dernier va réaliser le suivi financier et produire les documents comptables obligatoires. Ce cabinet peut également répondre à différentes questions sur la fiscalité, la facturation ou d’autres éléments comptables. Mais ce service peut être rapidement onéreux. Enfin, il est important de souscrire à une assurance de responsabilité civile professionnelle pour se protéger contre d’éventuels litiges. Dans le domaine numérique, il reste important de s’informer et assurer une protection de ce qui relève de la propriété intellectuelle.

Le portage salarial, une alternative de plus en plus adoptée

Certains consultants IT choisissent la voie du portage salarial pour ne pas être contraint par les paperasses administratives et comptables mais aussi pour exercer en toute sécurité. Le portage salarial est une relation tripartite où le consultant signe un contrat avec une société de portage. Les clients règlent leurs factures directement à la société de portage, puis celle-ci reverse les montants sous forme de salaires.

La société de portage s’occupe de l’ensemble des démarches administratives du consultant. Par ailleurs, celui-ci devient un salarié porté et n’est plus soumis à certaines obligations comme la tenue d’une comptabilité, la soumission à certains impôts ou la déclaration de TVA. Un statut qui permet au consultant de bénéficier des avantages du salariat (Chômage, retraite, mutuelle, Responsabilité Civile Pro...) et du freelance (Gestion autonome de son activité et de ses clients, gestion de son temps, du choix des missions...).

L’organisation de son activité et de son environnement de travail

Dans l’optique de s’organiser au mieux, un consultant indépendant doit prendre en compte un ensemble d’éléments. La base de cette organisation est de convenir d’un lieu de travail, d’un ordinateur et d’une connexion internet.

Ce préalable doit être complété par la possession d’un ou plusieurs logiciels professionnels indispensables à la réalisation de certaines missions. Même s’il reste possible de travailler depuis son domicile, il est préférable d’opérer une distinction claire entre le personnel et le professionnel. Certaines sociétés de portage assurent un lieu de travail avec l’ensemble des services associés. Par ailleurs, le travail avec d’autres consultants permet l’échange sur les bonnes pratiques, les logiciels à utiliser, les conseils à suivre.


Ces articles peuvent aussi vous intéresser :


Notez cet article :

Les actualités :