En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Quelles perspectives pour l'économie française en 2021 ?

News / Actu Links

Quelles perspectives pour l'économie française en 2021 ?

Quelles perspectives pour l'économie française en 2021 ?

Les consultants indépendants, qu’ils exercent en BtoB ou en BtoC, doivent se tenir informés sur la situation économique de leur pays ou zone d’activité. Vous souhaitez connaître la situation actuelle de l’économie française et les perspectives probables pour 2021 ? Notre article fait le tour de la question en apportant des conseils aux consultants indépendants.

L’état de la situation économique fin 2020

Sous l’effet du confinement du printemps 2020, la production de richesse et la croissance, matérialisées par l’indicateur du PIB, ont connu une chute sans précédent. Son niveau est descendu largement en-dessous de ce que la France avait connu durant la crise financière de 2008-2009. Toutefois, la baisse a duré moins longtemps avec une reprise rapide.

Toutefois, malgré un 4e trimestre globalement négatif avec une baisse du PIB de 1,3 %, tous les indicateurs ne sont pas inquiétants. En effet, les exportations françaises ont poursuivi leur croissance avec +4,8 % par rapport au 4e trimestre 2019.

Or, le gouvernement a basé ses prévisions sur une reprise économique forte en 2021 et 2022. Cette croissance économique tarde, pour le moment, à se dessiner. Pire, certains indicateurs que nous allons voir plus bas montrent une potentielle “deuxième vague économique”.

Les indicateurs économiques à suivre pour 2021

Certains indicateurs sont à prendre en considération dans la mesure où ils peuvent traduire une future situation difficile :

  • La confiance des ménages diminue. Cet indicateur est essentiel dans la mesure où la confiance appelle la consommation et la défiance génère plutôt de l’épargne. Les niveaux restent bien plus bas qu’en janvier 2020.
  • Le climat des affaires se redresse, mais de manière trop légère. Cet indicateur est l’équivalent du taux de confiance des ménages, mais pour les entreprises. Les dirigeants d’entreprise observent avec plus de confiance la situation économique actuelle même si ce taux reste en-dessous d’une situation normale.
  • Le taux de chômage augmente. L’emploi salarié privé connaît une baisse importante en fin d’année 2020. Si cette baisse venait à se confirmer, alors les ménages pourraient connaître une baisse de leur pouvoir d’achat conjuguée à un manque de confiance en l’avenir.
  • Les capacités de production industrielle se redressent, mais insuffisamment. Les capacités de production françaises ne sont pas utilisées à leur maximum et restent basses malgré un léger redressement. En temps normal, ces capacités se situent à un taux compris entre 84 et 86 %. Nous sommes actuellement entre 78 et 80 %.

Plus généralement, l’économie française semble marquer le pas. Malgré la sortie du second confinement, les entreprises peinent à retrouver le niveau d’avant la crise sanitaire. L’économie française se situe alors à la croisée des chemins où les perspectives peuvent aller dans un sens comme dans l’autre.

Le maintien des incertitudes

L’économie française entre en de nouveaux temps d’incertitude. En effet, les évolutions sur le front de l’épidémie laissent craindre la survenue de nouvelles restrictions. Ainsi, plusieurs scénarios existent :

  • L’absence de nouvelles restrictions. L’économie française parviendrait à générer une croissance de +1 %.
  • Le retour d’un confinement léger et court. Sur le modèle du confinement de novembre, des restrictions de 3-4 semaines auraient un impact limité sur l’économie.
  • Le retour d’un confinement léger, mais long. Si les restrictions devaient s’éterniser au-delà de 4 semaines, alors l’économie française entrerait en récession pour le 1er trimestre.

Dans le cas d’un retour d’un confinement dur, comme celui du printemps 2020, les effets sur l’économie seraient alors dévastateurs. Comme nous l’avons vu plus haut, ce serait un scénario provoquant une hausse massive du chômage et un effondrement de la confiance fragile des ménages comme des entreprises.

Les conséquences d’une vague de chômage pour les consultants indépendants

Pour les consultants indépendants, l’arrivée d’une période de chômage de masse pose un double problème :

  • Les demandeurs d’emploi sur les postes de cadres sont plus nombreux. Il est alors plus difficile de réaliser une “bascule” temporaire de l’entrepreneuriat vers le salariat.
  • Les anciens salariés souhaitant se lancer dans l’entrepreneuriat sont plus nombreux. Il existe aussi des dispositifs de Pôle Emploi permettant de cumuler les indemnités chômage avec une activité entrepreneuriale. La concurrence avec d’autres consultants peut alors être plus forte.

Dans ce contexte, les consultants indépendants doivent bâtir un modèle économique solide et résilient leur permettant de traverser les prochains mois. La révision de ce modèle économique ne doit pas se limiter à des aspects purement organisationnels ou sur les petites dépenses. Il ne s’agit pas uniquement de stopper temporairement tel ou tel abonnement ou d’être un peu plus productif chaque jour. Comme nous allons le voir plus bas, l’objectif est de se préparer à l’émergence de nouveaux marchés et nouvelles demandes pour être prêt lors de la sortie de crise.

Bâtir un modèle économique en période de crise

Au vue de l’étude de la situation économique française, il apparaît que de nombreux indicateurs ne sont pas positifs. La situation reste très fragile et peut se dégrader rapidement en cas de nouvelles restrictions. Dans cette configuration, les consultants indépendants doivent, dès à présent, enclencher des actions leur permettant d’adapter leur modèle économique et de s’adapter aux nouveaux marchés. Pour ce faire, il convient d’intégrer les points suivants :

  • Digitaliser son activité et celle des partenaires. La digitalisation devient un enjeu crucial en période de travail à distance.
  • Améliorer les performances environnementales de son écosystème professionnel. La Responsabilité Sociétale des Entreprises et l’optimisation des ressources sont désormais des axes forts de développement économique.
  • Mettre en place une politique d’export. Comme nous l’avons vu plus haut, les exportations françaises ne souffrent pas des restrictions sanitaires. Un consultant indépendant peut commencer à mettre en place sa stratégie de conquête à l’international en bénéficiant de soutiens en France.


Par ailleurs, un consultant indépendant peut commencer à réfléchir à ses candidatures pour les appels à projets du plan de relance. Le Ministère de l’Économie et des Finances a mis en ligne plusieurs appels à projets pour 2021. Certains appels à projets concernent le soutien à l’entrepreneuriat ou sur la transformation numérique. Par ailleurs, il est essentiel de se tenir au courant des besoins d’entreprises potentiellement clientes. En effet, certaines d’entre elles vont candidater sur des appels à projets industriels conséquents et vont faire appel à des prestataires externes experts.

Notez cet article :

Les actualités :