En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Indépendants : quel accompagnement pour exporter ?

News / Actu Links

Indépendants : quel accompagnement pour exporter ?

Indépendants : quel accompagnement pour exporter ?

La France se place à la 5e place dans le classement des pays exportateurs au niveau mondial. Véritable enjeu pour les entreprises, les politiques d’export sont particulièrement bien soutenus en France par différents organismes. Vous souhaitez développer ou initier votre stratégie de conquête de marchés internationaux ? Notre article fait le point, pour vous, sur l’accompagnement proposé pour exporter au mieux quand on est un professionnel indépendant.

Les chiffres de l’exportation en France

La France reste un pays ouvert sur le monde et comptant de nombreuses entreprises qui importent et exportent chaque année. Ainsi, selon les chiffres du ministère de l’Économie, ce sont près de 130 000 entreprises françaises qui ont exporté en 2019. La France représente, à peu près, 3,5 % des exportations mondiales.

Dans le détail, les exportations françaises montrent des signes hétérogènes. Ainsi, les exportations de biens représentent près de 508 milliards d'euros contre 251 milliards d'euros d’exportations de services. Toutefois, la balance commerciale des biens est déficitaire avec un écart de 59 milliards vis-à-vis des importations. Les services sont, quant à eux, excédentaires de 21.8 milliards d’euros.

Il convient également de noter que l’Allemagne reste le premier client de la France, devant les États-Unis et l’Italie. Par ailleurs, les exportations de services d’entreprises françaises sont en constante augmentation depuis plusieurs années, ce qui en fait un levier potentiel de croissance pour les professionnels indépendants.

Les acteurs qui accompagnent les entreprises exportatrices

Lorsque l’on souhaite réussir sa politique d’export, il est essentiel de prendre contact avec différents acteurs dépendant, directement ou indirectement, de l’administration française.

Parmi les acteurs à contacter, nous pouvons citer la Team France Export. Cette structure est incontournable et doit être découverte lors des premiers pas de sa politique d’export. En effet, cette structure rassemble tous les éléments et les informations qu’un entrepreneur doit connaître : marchés à cibler, cadre juridique, sécurisation des paiements, etc.

Les professionnels indépendants peuvent compléter leurs sources d’informations avec le site Business France. En effet, ce site vient accompagner directement les entreprises exportatrices françaises. Cette prise d’information est essentielle dans la mesure où des événements politiques peuvent avoir des répercussions sur le commerce comme le Brexit. La crise sanitaire et la fermeture des frontières sont également des facteurs de troubles à prendre en considération.

Il convient également de ne pas oublier que des formalités administratives sont à remplir lorsqu’une entreprise française exporte. Ainsi, il est conseillé de se renseigner sur les différentes procédures à respecter auprès des services de la Direction Générale des Douanes. Enfin, en dernier point, il ne faut pas hésiter à solliciter la CCI. Cette structure peut vous mettre en lien avec un conseiller ou vous informer sur les concours et les appels à projets internationaux existants.

Les aides disponibles pour réussir sa politique d’export

La France encourage ses entreprises à réussir leur politique d’export. Dans ce contexte, il existe (en plus des acteurs mentionnés plus haut) un certain nombre d’aides pour appréhender plus facilement l’exportation de sa production.

Ainsi, les professionnels indépendants peuvent solliciter la BPI (Banque Publique d’Investissement) qui accompagne régulièrement les entrepreneurs. Parmi les aides proposées par la BPI, nous pouvons citer plusieurs dispositifs complémentaires.

L’assurance prospection

Cette aide financière vient prendre en charge un éventail large de types de dépenses réalisées en vue de conquérir un marché international. Ainsi, la BPI subventionne les frais de déplacements à l’étranger, les actions marketing orientées à l’international, l’implantation à l’étranger ou le recrutement de salariés dédiés à cette stratégie.
Il convient également d’ajouter qu’il s’agit d’une assurance. En cas d’échec, il y a un remboursement partiel des sommes versées à effectuer à destination de la BPI. En cas de succès, le remboursement peut être supérieur aux sommes apportées par la BPI.

L’assurance investissement

Ce dispositif ressemble au précédent, mais va porter sur les acquisitions réalisées par des entrepreneurs français à l’étranger. Il s’agit de protéger les investissements contre les risques politiques ou juridiques possibles dans certains pays. Il convient de noter que cette assurance peut s’étaler sur une durée de 20 ans.

Le crédit export

La BPI peut également apporter des moyens financiers afin de renforcer l’attractivité et la compétitivité des entreprises françaises à l’étranger. Le crédit export est une solution financière qui va permettre soit à l’acheteur étranger de régler plus facilement la commande à l’entreprise française, soit avec des montants versés directement à l’entreprise française. Il convient toutefois de noter que ce crédit est accordé pour des marchés supérieurs à 1 million d’euros.

Le Fonds d’investissement en capital

Afin d’aider les entreprises à disposer de davantage de trésorerie et donc, de moyens de se développer, la BPI met à disposition un réseau de partenaires investisseurs. Ces derniers peuvent alors acquérir une partie du capital des entreprises exportatrices afin de participer aux efforts financiers liés à la stratégie d’exportation.

Il convient, néanmoins, de souligner que l’ouverture du capital social d’une entreprise à des investisseurs extérieurs n’est pas anodine. En effet, en ouvrant le capital, l’entrepreneur va perdre en pouvoir de décision. Par ailleurs, les nouveaux actionnaires peuvent demander des reporting de l’activité et des indicateurs de réussite. Il est donc nécessaire de maîtriser également ces enjeux-là.

Le prêt croissance internationale

Il s’agit classiquement d’un prêt permettant de financer des équipements utiles pour sa stratégie d’export. Il est important de souligner que le remboursement du prêt peut se faire à partir de la 3e année, laissant alors le temps de réussir sa politique d’export.

Exporter : en conclusion

Comme nous venons de le voir, exporter représente un enjeu certain autant pour les entreprises concernées que pour la France. Néanmoins, il convient de garder à l’esprit que la clientèle doit être convaincue par une offre. Être un entrepreneur français à l’étranger ne suffit pas. Les organismes d’accompagnement insistent alors souvent sur la nécessité de bien définir son projet et d’apprendre à se démarquer de la concurrence.

Notez cet article :

Les actualités :