En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Focus sur l’industrie 4.0

News / Actu Links

Focus sur l’industrie 4.0

Focus sur l’industrie 4.0

Le secteur industriel français connait un bouleversement majeur avec l’arrivée des nouvelles technologies. Vous souhaitez en connaître davantage sur les potentialités de l’industrie 4.0 ? Notre article fait le point sur les tenants et les aboutissants de cette transformation industrielle.

La situation de l’industrie en France

L’industrie française connait des difficultés majeures. En effet, depuis plusieurs décennies, la France enregistre des délocalisations et des fermetures de sites. Cette situation engendre des licenciements et une diminution du poids du secteur industriel dans la richesse nationale.
Dans les années 60, la France comptait près de 6 millions d’employés du secteur industriel. Ce chiffre s’est, peu à peu, étiolé au fil des années. Désormais, en 2018, l’INSEE comptabilise 3,6 millions de salariés dans ce secteur économique vital.

À titre de comparaison, le secteur tertiaire compte 20,6 millions d’employés, confirmant la « tertiarisation » de l’économie française. Par ailleurs, l’INSEE souligne que l’industrie ne concentre que 13,3 % des emplois totaux en France. Ce chiffre est de 20,6 % en Allemagne et de 17,2 % pour l’ensemble de l’Union Européenne.

Ainsi, la revitalisation de certains territoires en France et la relance du secteur industriel deviennent des enjeux majeurs. Afin de faire face à cette situation, les responsables politiques français ont décidé d’engager le pays dans l’industrie 4.0 (que l’on retrouve sous le nom du programme « Industrie du Futur »). Le programme « Industrie du Futur » date, en France, de 2015 et a pour objectif de relancer la politique industrielle de la France.

Les principes généraux de l’industrie 4.0

Le terme d’« industrie 4.0 » fait référence au moment que nous vivons, à savoir l’émergence d’une nouvelle révolution industrielle. Les spécialistes considèrent que nous sommes entrés dans une 4e révolution après celles de la machine à vapeur, de l’électricité ou de l’électronique. Ce concept est apparu en 2011 en Allemagne.

Les dispositifs de production digitaux deviennent l’outil majeur et le point central de cette révolution de la production. Il s’agit, en effet, de gagner en rapidité et en efficacité, tout en assurant une personnalisation maximale de la production. Parmi les outils de l’industrie 4.0, on retrouve la robotique, la réalité augmentée, les imprimantes 3D, les objets connectés et l’ensemble des processus de traitement de données.

Pour de nombreux spécialistes, l’industrie 4.0 représente une version écologique de la production. En effet, il s’agit, dans la majorité des situations, d’optimiser les ressources dans l’optique de réduire les consommations énergétiques inutiles et les pertes en matières premières. Afin de comprendre les modalités de fonctionnement de l’industrie 4.0, il convient d’appréhender ses applications concrètes.

Les éléments constitutifs de l’industrie 4.0

L’industrie 4.0 repose sur plusieurs piliers déterminants pour caractériser son activité. Ainsi, cette nouvelle révolution industrielle repose sur le triptyque suivant : prise d’information, production personnalisée et maintenance intelligente.

Le rôle essentiel de la prise d’information

Les outils et les innovations s’inscrivant dans le processus d’industrie 4.0 accordent une place fondamentale à la prise d’informations. Il s’agit de traiter et d’analyser un volume conséquent de données. Les développements digitaux permettant de mettre en cohérence des millions d’informations en instantané.

Les outils de production de l’industrie 4.0 traitent l’information afin de répondre aux questions suivantes :

  • Que faut-il produire ?
  • Quand faut-il produire ?
  • Comment produire pour économiser au maximum les ressources ?


Cette prise d’information permet une adaptabilité et une agilité particulièrement poussées. Ainsi, il est possible de faire du sur-mesure et de produire au plus près de ses capacités.

Par ailleurs, l’industrie 4.0 ne se limite pas à la partie « production ». En effet, les circuits de distribution et la logistique font également partie de son champ de réflexion. Il s’agit alors de définir les moyens d’accéder le plus rapidement aux clients en réduisant les coûts au maximum.

Le principe de la mass customization

Les besoins des clients sont, de nos jours, de plus en plus spécifiques. Les spécialistes en marketing mettent de plus en plus en avant la nécessité du « customer centricity ». Le client doit être au centre de la définition de l’offre. Il s’agit alors de personnaliser, au maximum, l’offre qu’un professionnel est en mesure de proposer.

Si cette personnalisation de l’offre est courante dans le monde des services, elle restait difficile à mettre en œuvre dans le secteur industriel. Désormais, avec les outils de l’industrie 4.0, il est possible de mettre en place une stratégie de « mass customization ». La « mass customization », comme son nom l’indique, correspond à une personnalisation de masse. Il s’agit d’être en capacité de produire, dans des quantités inégalées, des éléments entièrement personnalisés par la clientèle. L’industrie peut alors répondre à deux besoins fondamentaux :

  • L’envie, pour les consommateurs, d’avoir un produit adapté à leurs usages.
  • La possibilité de fournir un panel extrêmement large des consommateurs.

 

Les formes de maintenance « intelligente »

L’industrie 4.0 dispose également d’un volet essentiel en matière de maintenance. Ainsi, certains outils de production proposent désormais des fonctionnalités de type « maintenance préventive » et « maintenance prédictive ».

La maintenance préventive permet à des logiciels d’effectuer, en toute autonomie, les corrections nécessaires. Le maintien en état de marche des outils s’opère alors automatiquement, sans attendre une intervention humaine.

La maintenance prédictive est également particulièrement utile. À l’aide de capteurs installés dans les outils de production, il est possible de connaître l’état de fonctionnement des différentes composantes. Ainsi, il devient possible de remplacer les pièces avant qu’elles soient défectueuses. Cette prédiction des pannes permet d’éviter les retards de production et de donner davantage de lisibilité dans son activité.

En conclusion : les besoins de l’industrie 4.0

Jusqu’à présent, les professionnels en ingénierie étaient sollicités par des entreprises du secteur industriel. Leur rôle consistait à développer des logiciels et autres outils de bureautique pour faciliter les échanges entre collaborateurs.

Désormais, le secteur industriel (et le secteur agricole dans une moindre mesure) s’ouvre aux nouvelles technologies et aux potentialités du digital. Le domaine industriel va devenir, de plus en plus, un secteur qui recrute des profils hautement qualifiés, avec des compétences en ingénierie particulièrement développées.

Notez cet article :

Les actualités :