En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Quelles compétences pour travailler dans le développement durable ?

News / Actu Links

Quelles compétences pour travailler dans le développement durable ?

Le développement durable est désormais un enjeu incontournable dans la société comme dans les entreprises. Ces dernières doivent mettre en place des projets de transition et s’adapter à ce nouveau contexte. Vous êtes un professionnel indépendant et souhaitez travailler dans le développement durable ? Notre article liste, point par point, l’ensemble des compétences à acquérir pour intégrer ce champ d’activité.

Développement durable : les enjeux

Le développement durable en entreprise a fait son entrée, initialement, sur la question des gaspillages. Certaines entreprises ont commencé à chiffrer les pertes en lien avec la mauvaise utilisation des ressources. Il existait alors une équation entre l’économie et l’écologie.

Désormais, le développement durable dépasse la simple acception relative à la bonne gestion des ressources. Il ne s’agit plus seulement d’économiser les ressources pour réduire les charges courantes de l’entreprise. L’enjeu va être de transformer le système productif de l’entreprise pour en faire un acteur du développement durable au sein de la société.

Ainsi, pour exercer une profession en lien avec les enjeux du développement, il faut désormais disposer d’une vision globale.

Développement durable : les compétences recherchées

Pour travailler dans le développement durable, les professionnels indépendants doivent acquérir et mobiliser un ensemble de compétences-clés. Ces compétences vont tout autant concerner les soft skills (les qualités individuelles) que les hard skills (les diplômes et formations qualifiantes). Tour d’horizon des points à retenir.

La technicité

En premier lieu, le caractère technique des nouveaux métiers du développement durable apparaît comme une évidence. Toutefois, il n’existe pas toujours de formations en lien direct avec les besoins des entreprises. Ainsi, les entreprises vont essentiellement avoir besoin de profils d’ingénieurs ou de spécialistes du numérique. Il va alors s’agir de travailler sur les projets d’énergies renouvelables ou sur des missions en lien avec l’industrie 4.0.

Comme nous l’avons vu plus haut, il ne s’agit plus de proposer des solutions de type éco-gestes (tri des déchets, alimentation locale, etc…) mais d’investir le mode de production. Ainsi, les formations d’ingénieurs vont être une entrée idéale pour répondre aux projets systémiques.

La transversalité

En second lieu, les entreprises ne recherchent pas nécessairement que des profils d’ingénieurs. Les professionnels sachant faire preuve de transversalité et de pluri-disciplinarité ont aussi des atouts réels. Les entreprises clientes vont ainsi avoir besoin de décloisonner certains départements de leur groupe. L’objectif est de faire travailler ensemble des salariés qui ont des cultures et des méthodes de travail différentes.

Ainsi, les professionnels polyvalents, ouverts à la pluralité des pratiques de travail et sachant coordonner des équipes diverses ont toute leur place dans les entreprises. Il va alors s’agir de faire preuve :

  • d’écoute active et de prise en compte des positions de chacun ;
  • d’anticipation des besoins et d’accompagnement au changement ;
  • de bienveillance et de pédagogie.

Cette transversalité et cette polyvalence vont également permettre de comprendre les contraintes juridiques et les adapter au contexte de l’entreprise cliente.

La patience

L'adaptation au changement est, comme nous l’avons vu plus haut, un projet global et systémique pour les entreprises. Ainsi, les bouleversements dans les pratiques et dans des habitudes ancrées peuvent être réels et perturbateurs. Un professionnel indépendant qui souhaite travailler dans le développement durable doit savoir faire preuve de patience.

La transition écologique d’une entité professionnelle doit se faire autour d’une adhésion large. La patience va permettre de prendre le temps nécessaire à l'adaptation et lever certaines craintes, parfois légitimes.

Il ne faut pas oublier qu’en brusquant les choses, un professionnel du changement risque de créer du mal-être au travail. Ce mal-être peut se traduire par des retards, des arrêts de travail fréquents voire des démissions. Or, tous ces enjeux en lien avec l’ambiance au travail s’inscrivent pleinement dans la Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Il ne faut donc pas sacrifier le bien-être des salariés au profit des enjeux environnementaux. Un équilibre entre les différents piliers (économique, social, environnemental) du développement durable doit être réel.

La capacité à mobiliser

Enfin, en dernier point, un professionnel doit être en mesure de créer des synergies et des partenariats stratégiques. Cela suppose de disposer d’une capacité réelle à mobiliser les acteurs et les parties prenantes.

En règle générale, une mobilisation réussie nécessite une transparence totale et une volonté sincère de mutualiser les efforts. Par ce biais, un professionnel va ouvrir des partenariats durables et respectueux des intérêts de chaque partie. Bien souvent, cela suppose de repenser la négociation commerciale en la rendant davantage “coopérative” et beaucoup moins “compétitive”.

A terme, l’entreprise va s’inscrire dans un écosystème professionnel solidaire où l’entraide sera forte. L’entreprise va donc consolider son modèle économique et pérenniser son activité sur un territoire.

La question de la formation continue

Dans les métiers du développement durable, la formation continue apparaît comme essentielle. En effet, les entreprises n’ont pas nécessairement envie de rechercher de nouvelles personnes pour occuper les postes en lien avec le développement durable. Ainsi, dans de nombreuses situations, les employeurs demandent à leurs salariés de se former sur des enjeux précis.

Les professionnels indépendants qui n’ont pas une formation initiale dans le développement durable n’ont pas à s’inquiéter. En effet, ils peuvent eux aussi s’inscrire à des formations pour acquérir des outils et des méthodes de travail applicables en milieu professionnel.

Par ailleurs, les indépendants peuvent mobiliser, dans certains cas, leur Compte Personnel de Formation pour financer l’accès à ces modules de formation.

Entreprendre dans le développement durable avec le portage salarial

Comme nous l’avons vu plus haut, il arrive que les projets de développement durable soient ponctuels et ne requiert pas une embauche sur le long terme. Dès lors, des missions pour indépendants spécialisés peuvent se multiplier et être proposées aux professionnels.

Le portage salarial permet de sécuriser une activité indépendante. Ainsi, un indépendant en portage salarial peut continuer à prospecter les clients qu’ils souhaitent tout en bénéficiant d’un cadre protecteur.

Par ailleurs, certaines sociétés de portage salarial, comme Links Consultants, disposent de labels certifiants sur le développement durable ou la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE).

Le portage salarial et ses contrats vous intéressent ? Contactez rapidement les conseillers experts de l’entreprise de portage Links Consultants pour un suivi personnalisé.

Notez cet article :

Les actualités :

On vous rappelle en moins de 2h

Un conseiller en portage salarial près de chez vous va vous contacter en moins de 2h.