En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Les axes sur lesquels se former en tant qu’indépendant

News / Actu Links

Les axes sur lesquels se former en tant qu’indépendant

Aujourd’hui, devenir travailleur indépendant séduit de nombreux Français. Ce statut leur permet de proposer leurs services aux entreprises en tant que consultants.

Comme ils ne sont pas liés par un contrat de travail, ils sont complètement libres d’accepter ou de refuser des missions et pourront travailler pour l’entreprise de leur choix.

Bien entendu, ils doivent disposer d’un très solide bagage technique dans leur domaine d’activité.

Toutefois, au-delà des compétences recherchées par le donneur d’ordres, être consultant indépendant requiert d’autres qualités qui s’acquièrent via des formations.

Des diplômes prestigieux à décrocher

Depuis la plus tendre enfance, il a été répété maintes fois que l’école restait le meilleur chemin pour accéder plus tard à un emploi qualifié.

Cette affirmation semble surtout valable pour la profession de consultant. Celle-ci exige en effet un haut niveau de technicité qui est généralement le fruit d’un long cursus universitaire.

Pour devenir consultant indépendant, il faut au moins être titulaire d’un diplôme de Master (niveau bac + 5).

Quant à la spécialisation, il appartiendra à chacun de bien la choisir en fonction du domaine dans lequel il souhaite devenir expert.

Généralement, les consultants indépendants disposent des diplômes suivants :

- Master en gestion ;

- Master en gestion d’entreprise ;

- Master en ressources humaines ;

- Master en pilotage stratégique d’entreprise ;

- Master en école de management ;

- Master en école d’ingénieur ;

- Master spécialisé conseil en organisation…

Pourquoi faire appel à un consultant ?

Le consulting se pratique dans tous les secteurs d’activités, mais lorsqu’il est question d’entreprise, ce type d’expert est sollicité :

- soit pour améliorer la productivité (consultant en stratégie) :

- soit pour aider à optimiser la productivité des collaborateurs (consultant en management) ;

- soit pour améliorer l’image et la relation vis-à-vis du public (consultant en communication).

Les qualités humaines ne sont pas en reste

Le consultant est connu pour son bagage intellectuel bien fourni. Mais celui-ci doit être complété avec des qualités humaines. Il doit par exemple être doté d’une très bonne faculté d’analyse.

Il doit également être à l’écoute de ses clients afin d’identifier précisément leurs besoins et faire preuve de rigueur et de patience.

Par ailleurs, sa capacité à s’intégrer à l’entreprise et à mettre en confiance son client est une autre qualité nécessaire pour être consultant.

Enfin, il sera jugé sur sa faculté de persuasion. Autrement dit, il doit être en mesure d’imposer ses idées sans donner l’impression de forcer la main. Son charisme lui sera alors un atout majeur.

Un consultant gagne-t-il bien sa vie ?

Au vu de ses capacités, il serait tentant de penser que le consultant est rémunéré généreusement. Mais il s’agit d’un métier évolutif et un novice ne peut pas prétendre aux mêmes émoluments qu’un consultant chevronné.

Par ailleurs, la rémunération du consultant dépend du domaine d’activité dans lequel il évolue et les disparités peuvent être grandes.

Mais en moyenne, un consultant débutant perçoit 3 000 euros bruts mensuels. Plus il emmagasine de l’expérience, plus il pourra facturer ses services plus chers.

Notez cet article :

Les actualités :