En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Le nouveau management à l’épreuve du télétravail

News / Actu Links

Le nouveau management à l’épreuve du télétravail

Le nouveau management à l’épreuve du télétravail

Le télétravail, qui s’est développé pendant le confinement, a apporté un bouleversement pour les approches managériales. Le management doit alors s’adapter au travail à distance qui va devenir une tendance forte en milieu professionnel. Assiste-t-on à l’émergence d’un nouveau management ? Les rapports hiérarchiques vont-ils se modifier en profondeur ? Notre article vous apporte toutes les réponses nécessaires. 

Les différentes approches managériales

Le rôle d’un manager consiste, dans une entité professionnelle, à accompagner et surveiller la bonne exécution des missions. L’objectif principal se construit autour de l’amélioration de la productivité. Un manager a donc comme mission de mettre en œuvre toutes les actions permettant aux salariés d’être plus efficaces.
Le management s’est développé avec l’arrivée des grandes industries et centres de production. L’organisation et la rationalisation du travail deviennent alors des exigences indispensables qui n’existent, de facto, pas dans des entreprises familiales. Ainsi, le fordisme et le taylorisme, par une division du travail, obtiennent des rendements inégalés à l’époque. Néanmoins, certaines voix dénoncent les dangers d’un travail répétitif et physique sur l’organisme.
Au cours du XXe siècle, un management de « bureau » a fait son apparition. Les locaux en open-space participent de ce mouvement en ouvrant les bureaux de chaque collaborateur. Cette surveillance et ces multiples contraintes ont posé et continuent de poser de nombreux problèmes. Certaines entreprises en profitent alors pour développer des formes de management moins pyramidales.
Désormais, un management plus horizontal fait son apparition dans les entreprises. Ce développement est consubstantiel à l’essor du bien-être et de nouveaux besoins chez les professionnels. L’assimilation des objectifs d’une entreprise ne repose plus sur la contrainte, la surveillance et la sanction, mais plutôt sur l’adhésion. La mise en œuvre de ce nouveau management « visuel » est, de toute évidence, plus facile dans les entreprises possédant une raison d’être qui fait sens.

La survenue d’un télétravail de masse

La crise sanitaire du Coronavirus a rebattu les cartes du management. Dans ce nouveau contexte, les entreprises et les équipes dirigeantes ont été dans la nécessité de s’adapter. Certains managers ont été dans l’obligation d’accorder davantage d’autonomie, de latitude et de flexibilité aux salariés. Par ailleurs, les écoles ont été fermées durant le confinement, rajoutant des tâches aux professionnels parents.
Pour les managers comme pour les salariés, cette situation a généré plusieurs problèmes :

  • Les difficultés techniques en lien avec la connexion Internet ou l’accès à des outils fonctionnels.
  • Le sentiment, chez certains managers, de perte de pouvoir. Cela peut se traduire par une suractivité « numérique ».
  • L’allongement des temps de décision lorsque les validations se font à distance.
  • Les arbitrages autour de la reprise du travail en physique.


Cette situation démontre toutefois que toutes les professions ne peuvent pas se dématérialiser. Le travail en « réel », les réunions physiques et les temps informels sont de vrais moments où l’entreprise crée une culture commune.

La mise en place d’un management à distance

La mise en œuvre du déconfinement, en France, ne signifie pas l’arrêt définitif de l’épidémie. Ainsi, des mesures de protection sont encore nécessaires. Le télétravail fait également partie des recommandations du gouvernement pour limiter les contacts entre les salariés sur le lieu de travail ou dans les transports collectifs.
Ainsi, le management à distance va se poursuivre. Pour les managers comme pour les salariés, il est essentiel de mettre en place certaines pratiques de travail pour faciliter les échanges. Il est, en effet, conseillé d’appliquer les recommandations suivantes.

Utiliser les outils à bon escient

Ainsi, le mail se prête relativement peu aux débats, aux explications ou aux arbitrages techniques. Un mail doit s’utiliser pour envoyer un compte-rendu ou transmettre une information. Le téléphone permet d’obtenir une réponse rapide. Les réunions à distance, à travers les outils de visioconférence, sont les vrais lieux de co-construction.

S’appuyer sur les soft skills

Ce terme renvoie aux qualités comportementales, en lien avec la personnalité. Avec le travail à distance, il arrive parfois que l’on s’adresse à tous de la même manière. Or, la distance et le télétravail ne s’affranchissent pas des règles usuelles.
Il est important de s’adapter à la personnalité de chacun et à sa personnalité propre. La prise en main des outils technologiques va être variable d’un salarié à un autre. Il est alors nécessaire d’assurer une individualisation du suivi pour éviter tout sentiment d’abandon.

Clarifier les horaires et temps de disponibilité

Les outils de conversation à distance peuvent aboutir à un nouveau problème : l’absence de délimitation entre le personnel et le professionnel. Les managers doivent donc clarifier les horaires pendant lesquels ils peuvent contacter et joindre leurs salariés. La déconnexion est un facteur essentiel de bien-être, à plus forte raison lorsque l’on est en télétravail à 100 %. Un salarié doit donc bien déterminer, auprès de son supérieur s’il le faut, ses temps de disponibilités réels.

Télétravailler sans hiérarchie

Certains salariés vivent mal les pressions imposées par leur hiérarchie, en présentiel ou en télétravail. Ce mal-être en entreprise peut aboutir à plusieurs problèmes :

  • Le burn-out. Les missions à réaliser deviennent trop denses et trop complexes pour les salariés. Le sentiment d’être dépassé survient alors et peut aboutir à des arrêts de travail plus ou moins longs.
  • Le brown-out. Le travail confié ne contient aucun sens, voire apparaît comme contraire à ses valeurs et principes. Il n’est pas rare d’observer alors des démissions et/ou des reconversions professionnelles.
  • Le bore-out. Ce dernier concept renvoie à l’ennui au travail. Un mauvais management se traduit aussi par une distribution inégale du travail. L’ennui au travail peut aboutir au sentiment d’être écarté et conduit à altérer l’ambiance de travail collective.


Afin de se prémunir contre les inconvénients et les contraintes imposées par sa hiérarchie, il est parfaitement possible de commencer une activité entrepreneuriale. Certains professionnels optent pour la création d’une entreprise pour être indépendants. Néanmoins, le portage salarial permet de conserver ses avantages de salariés tout en accédant à une autonomie totale dans l’organisation de son travail.

Notez cet article :

Les actualités :