En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Entreprises : quelle situation financière en France ?

News / Actu Links

Entreprises : quelle situation financière en France ?

Les années 2020 et 2021 ont été particulières à bien des égards pour les entreprises. La situation financière des entreprises françaises est passée par des hauts et des bas. Vous souhaitez connaître la situation financière des entreprises en cette fin d’année 2021 ? Notre article fait le point, pour vous, sur les éléments et les chiffres à connaître.

Les effets de la crise sanitaire

La crise sanitaire a profondément bouleversé la vie des entreprises. Ces dernières ont dû s’adapter dans un contexte incertain. Les multiples restrictions ont pu, selon les secteurs d’activité, freiner l’activité et limiter le niveau du chiffre d’affaires. Dans ce contexte, le gouvernement français a multiplié les dispositifs d’aide et de soutien aux entreprises.

Toutefois, cette aide massive aux entreprises a deux effets notables :

  • L’augmentation de l’endettement. Le Prêt Garanti par l’État (PGE) a sauvé de nombreuses entreprises mais, dans le même temps, a augmenté l’endettement constaté. Le poids des remboursements de cet emprunt risque de peser, à terme, sur ces entreprises.
  • La zombification des entreprises. De nombreuses entreprises sont qualifiées de structures zombies dans la mesure où leur situation financière interroge. Ces entreprises ont vu leur activité être gelée durant l’année 2020.

Il convient, à ce titre, de noter que l’année 2020 a été particulièrement basse en matière de défaillances d’entreprises. L’année 2020 se situait au même niveau que les autres années avant de subir un décrochage. Le décrochage intervient au moment de la 11e semaine de l’année 2020 et est donc imputable au premier confinement du mois de mars.

Il convient de souligner que la défaillance d’une entreprise n’est pas nécessairement une mauvaise nouvelle. Cette situation peut traduire l’existence d’un modèle économique inadapté. Or, pour les dirigeants de ces entreprises, il est parfois préférable de cesser l’activité plutôt que de maintenir, coûte que coûte, l’entité en vie.

Ainsi, la crise sanitaire représente un enjeu dans la mesure où elle menace des entreprises dont le modèle économique est viable. Les multiples aides ont sauvé des entreprises dont la viabilité n’était pas prouvée. Dans les deux cas de figure, la situation n’est pas positive pour l’économie.

La question des indépendants

De nombreux indépendants ont connu des jours et semaines difficiles avec la crise sanitaire. Pour certains d’entre eux, la crise sanitaire a eu plusieurs impacts défavorables :

  • une réduction de la clientèle et donc du chiffre d’affaires ;
  • une difficulté réelle à accéder aux aides de l’État ;
  • la persistance de charges structurelles incompressibles, y compris en cas de fermeture totale de l’activité.

Par ailleurs, l’année 2020 constitue un record en matière de création de micro-entreprises. En effet, selon les chiffres de l’INSEE, ce sont près de 548 000 micro-entreprises qui ont vu le jour cette année-là. Or, ce record n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour les indépendants.

La survenue d’un afflux de micro-entrepreneurs peut s’expliquer par la volonté, pour des salariés, de se lancer dans l’entrepreneuriat. Cette situation traduit donc une crainte de nombreux salariés de perdre leur contrat de travail. Cette augmentation peut donc aussi masquer de réelles difficultés macro-économiques.

L’arrivée de micro-entrepreneurs est également un problème en matière de concurrence. Les indépendants font alors face à une concurrence massive et nouvelle. Sans compter que les nouveaux micro-entrepreneurs ont l’habitude de proposer des tarifs bas et attractifs. Ils peuvent donc prendre, ici ou là, un certain niveau de clientèle.

Le statut de la micro-entreprise est l’un des plus simples et des plus rapides à créer. Toutefois, ce statut ne garantit pas d’atteindre le seuil d'équilibre financier. De nombreux nouveaux micro-entrepreneurs vont probablement cesser leur activité durant les prochains mois.

Les défaillances d’entreprises : quels enjeux ?

La cessation d’une activité d’une entreprise peut s’expliquer par plusieurs paramètres :

  • Le surendettement. Cette situation peut survenir lorsqu’une entreprise ne parvient pas à payer ses dettes fournisseurs, ses emprunts bancaires ou ses contributions à l’URSSAF.
  • La productivité. Le travail d’une entreprise peut être insuffisant, d’un point de vue qualitatif, pour générer une valeur ajoutée élevée.
  • Les effectifs. Le nombre de salariés comme leurs affections peuvent être inadaptés à la vie de l’entreprise.

Comme nous l’avons vu plus haut, les aides massives viennent combler de nombreux problèmes, que ce soit en termes de productivité, de règlement des fournisseurs ou de gestion des effectifs. Par ailleurs, la mise à l’arrêt des procédures de l’URSSAF a sauvé de nombreuses entreprises.

En termes de chiffres, la question des défaillances d’entreprise est parlante. Ainsi, depuis mars 2020, les défaillances sont à un niveau historiquement bas. Il faut remonter au mois de mars 2001 pour retrouver une telle baisse. À cette époque, il s’agissait d’une baisse conjoncturelle puisque les mois de février et avril 2001 sont “normaux”.

Ainsi, les défaillances d’entreprise ont connu deux pics élevés en août 2020 et en août 2021. Toutefois, ces pics se limitent, respectivement, à 3 573 et 3 426 défaillances d’entreprise en France. Ces chiffres sont donc plus bas que ceux du mois d'août 2019 qui comptait 4 117 défaillances d’entreprises.
Ainsi, deux scénarios se dégagent pour les années 2022 et 2023 :

  • Le scénario optimiste. La croissance économique forte va soutenir l’activité des entreprises viables et le rattrapage en termes de défaillances sera soutenable.
  • Le scénario pessimiste. Les défaillances d’entreprises vont être nombreuses, impactant également les entreprises jugées viables. Les missions à destination des indépendants vont se réduire et le nombre de concurrents va augmenter.

Entreprendre en toute sécurité avec le portage salarial

Les salariés en portage salarial exercent leur activité en toute autonomie. Toutefois, l’accompagnement par une société de portage est aussi une source de protection. Ainsi, durant l’année 2020, de nombreux salariés portés ont pu bénéficier du dispositif du chômage partiel.

En plus de s’occuper de toutes les formalités administratives, les sociétés de portage salarial apparaissent comme des garants solides en cas de crise. Elles participent à sécuriser une activité professionnelle, ce qui vient réduire le stress engendré par la perte de clients.

Vous souhaitez en savoir davantage sur le portage salarial ? Prenez rapidement contact avec la société de portage Links Consultants pour obtenir un rendez-vous personnalisé.

Notez cet article :

Les actualités :

On vous rappelle en moins de 2h

Un conseiller en portage salarial près de chez vous va vous contacter en moins de 2h.