En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. Crise économique à venir : les perspectives pour les indépendants

News / Actu Links

Crise économique à venir : les perspectives pour les indépendants

crise-economique-a-venir-:-les-perspectives-pour-les-independants

L’année 2020 risque de se poursuivre autour d’un ralentissement sans précédent de l’économie. Ce bouleversement va, en tout état de cause, affecter la France et d’autres pays dans le monde. Vous êtes un professionnel indépendant et vous avez des inquiétudes sur le contexte économique à venir ? Notre article détaille les raisons participant à cette crise économique et les moyens permettant d’atténuer ses effets négatifs.

Les raisons de la crise économique

La crise sanitaire du Coronavirus a obligé les gouvernements du monde entier à prendre des mesures drastiques de protection des populations. Ainsi, dans de nombreux pays, dont la France, un confinement s’est mis en place. Cette disposition limite les déplacements et oblige certaines activités à s’arrêter.
Afin d’endiguer les pertes financières et d’éviter des licenciements massifs, le gouvernement français a allégé le dispositif du chômage partiel. Ainsi, plus d’un million d’entreprises en France ont décidé d’y avoir recours.
Dans ce contexte, certains s’interrogent sur les raisons de la crise économique puisque l’État a, en quelque sorte, socialisé les rémunérations des professionnels du privé. Il est important de souligner que les aides de l’État ne concernent que les dépenses d’une entreprise. Les actions mises en œuvre s’occupent alors des points suivants :

  • La réduction de la masse salariale et des cotisations sociales grâce au chômage partiel (comme nous venons le voir).
  • La suppression de certains impôts professionnels. Dans certains cas, il ne s’agit que de l’obtention d’un délai supplémentaire pour le règlement.
  • La négociation avec les bailleurs et les compagnies d’assurance pour réduire les charges fixes en lien avec son ou ses locaux commerciaux.


Malgré ces prises en charge, les entreprises demeurent en difficulté. Cela s’explique par ce que l’on appelle la perte d’exploitation. Pendant le confinement, de nombreuses entreprises ont pu réduire leurs pertes. Néanmoins, une période normale aurait pu leur permettre de dégager un bénéfice. Or, l’écart entre le bénéfice espéré et la perte réelle n’est pas compensé par l’État. Dans ce contexte, de nombreuses entreprises vont se retrouver en difficulté et des licenciements vont survenir.

Les effets d’un ralentissement économique

Les spécialistes redoutent, souvent à raison, l’existence d’une « deuxième vague » économique. Le ralentissement brutal imposé par le confinement peut alors avoir des répercussions dans les prochains mois.
Le mécanisme d’une crise économique reste bien connu. Les ménages, pour des raisons objectives ou non, perdent confiance en l’avenir. Cette perte de confiance vient réduire les projets de dépenses importants. Ainsi, certains consommateurs reportent leurs achats immobiliers, d’automobiles ou des travaux au sein de leurs logements.
Ce ralentissement de la consommation conduit à des pertes de chiffre d’affaires pour de nombreuses entreprises. Ces dernières réduisent alors leur budget dédié à la production, à la commercialisation ou à la communication. Cette baisse de commande a ensuite une répercussion directe sur les professionnels indépendants. Ils perdent alors confiance en l’avenir, alimentant les craintes des ménages.
Par ailleurs, une crise économique produit de nombreux licenciements. Cette situation vient également diminuer le pouvoir d’achat des personnes nouvellement au chômage, ce qui accompagne et accentue les problèmes économiques d’un pays.

Les conséquences et les perspectives pour les indépendants

Ainsi, dans ce contexte, les perspectives pour les professionnels indépendants risquent d’être pessimistes. En effet, certains indépendants se retrouvent régulièrement en fin de chaîne. Le ralentissement économique conduit leurs clients à diminuer le volume de leurs commandes. Cette diminution produit un effet en cascade et participe à faire diminuer le chiffre d’affaires.
Un professionnel indépendant peut alors subir deux problèmes fondamentaux :

  • Sa clientèle traditionnelle (que ce soit des particuliers ou des professionnels) réduit ses commandes, ses achats et sa consommation.
  • Ses clients fidèles font tout simplement faillite. Les défaillances d’entreprises ont, souvent, des répercussions sur tout leur environnement économique.


Il est donc nécessaire de mettre en place un certain nombre d’actions permettant de réduire ces risques réels.

S’organiser pour réduire les effets négatifs de la crise

Malgré une situation qui va se révéler problématique, il reste possible, pour les indépendants, de s’organiser au mieux durant cette période. Ainsi, nous pouvons citer plusieurs solutions pour limiter la « casse ».

Repenser son modèle économique

En période de difficulté comme en temps de crise, il est essentiel de poser « à plat » son modèle économique. Cela suppose alors d’analyser finement ses dépenses afin d’identifier ce qui peut être réduit. L’objectif étant de diminuer le seuil de rentabilité de son activité dans l’optique de le rendre plus facile à atteindre.
Ainsi, un professionnel indépendant peut s’interroger sur des dépenses telles que :

  • La souscription de certains abonnements et/ou logiciels. Ces derniers ne vont peut-être pas se montrer utiles en cas de baisse d’activité.
  • Les frais de transport. La baisse de la clientèle va supposer des déplacements moindres. Un professionnel peut aussi réfléchir à d’autres options pour se déplacer (covoiturage, autopartage, etc.).
  • Sa rémunération. En dernier recours, un professionnel indépendant peut envisager de réduire sa rémunération temporairement.

 

S’inscrire à des formations

En cas de baisse d’activité, il est essentiel d’occuper ses journées. En effet, il est important de ne pas perdre du temps en attendant une reprise qui pourrait tarder à arriver.
Dans ce contexte, un professionnel indépendant peut opter pour l’inscription à des formations. De toute évidence, il est nécessaire de choisir des formations en accord avec le marché actuel et à venir. Ainsi, les besoins à court terme vont porter sur :

  • La mise en place de règles sanitaires en entreprise.
  • La prise en main de logiciels pour travailler à distance.
  • L’adoption d’outils pour manager le personnel en télétravail.


Ces points ne représentent qu’une petite partie des nouveaux besoins qui pourraient émerger du monde post-Covid-19.

Élargir sa prospection

Le gouvernement français va, en toute logique, adopter un plan de relance. Cela va se traduire par une augmentation de la commande publique par l’État et les collectivités locales. Un professionnel indépendant peut donc s’informer sur les prochains marchés publics à attribuer. Il est important de souligner que certains marchés sont relativement réduits et accessibles aux petites entreprises.

Notez cet article :

Les actualités :