En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. NEWS
  3. 3, 2, 1 %... Le portage salarial Low Cost, mais à quel prix ?

News / Conseils

3, 2, 1 %... Le portage salarial Low Cost, mais à quel prix ?

portage-salarial-low-cost-bas-prix-risques

Le portage salarial connaît une croissance sans précédent, en termes d’effectifs et de chiffre d’affaires. Certaines sociétés de portage proposent des prix cassés et des frais de gestion « low cost » aux consultants accompagnés. Dans cet article, nous faisons le point sur cette pratique et les risques qu’elle peut engendrer pour le consultant indépendant

Comprendre les prix d’une prestation

Le terme « low cost » signifie, en anglais « faible coût » et caractérise souvent une stratégie commerciale de prix cassés. Si cette pratique commerciale peut avoir un intérêt réel dans la vente alimentaire ou la réservation de nuits d’hôtels, elle n’est pas possible ni souhaitable dans tous les secteurs. En effet, sur des marchandises ou des services limités dans le temps, la pratique des prix cassés peut permettre d’écouler un stock en limitant les pertes.

Dans le cadre de prestations professionnelles d’accompagnement, les prix cassés équivalent souvent à une qualité moindre. Lorsque des professionnels interviennent sur des thématiques stratégiques à forte valeur ajoutée (comme la comptabilité, le juridique ou la fiscalité), leurs prestations ont nécessairement un coût. En effet, les clients mobilisent des compétences spécifiques et techniques difficilement remplaçables ou très chronophages. Il est donc complexe, voire dangereux, de choisir des voies « low cost » pour ce type de prestations.

Dans le cadre du portage salarial, les enjeux comptables, sociaux, fiscaux et juridiques sont omniprésents et nécessitent un suivi rigoureux et professionnel. L’étude du marché du portage salarial fait ressortir une fourchette de prix comprise entre 6 et 10 % pour les frais de gestion (qui sont prélevés sur le chiffre d’affaires réalisé). En-dessous de ce taux, les prestations risquent d’être également minimales voir douteuses.

Le principe du portage salarial et des frais de gestion

Le portage salarial repose sur une relation de confiance entre une société de portage et un consultant qui deviendra salarié porté. Il ne s’agit pas d’une simple formalité où la société fournit un bulletin de paie au consultant. De nombreuses sociétés de portage proposent des services complémentaires qui aident et appuient l’activité du salarié porté.

Le portage salarial est une solution qui combine les avantages du salariat avec les principes de l’entrepreneuriat. La qualité de la société de portage permet de déléguer sereinement les missions administratives et comptables pour se concentrer sur son activité commerciale principale. Cet accompagnement est financé grâce aux frais de gestion prélevé sur le chiffre d’affaires réalisé. 
Certaines entreprises de portage disposent d’agréments, de certifications aux normes professionnelles et de partenariats essentiels pour l’activité. La société de portage Links Consultants dispose, par exemple, du label Datadock pour les formations professionnelles et de la certification du Bureau Veritas sur la qualité de son management.

En France, on compte près de 70 000 salariés en portage salarial pour un chiffre d’affaires total proche de 1,5 milliard d’€. Le chiffre d’affaires moyen, par consultant, se situe donc entre 20 000 et 30 000 € par an.

Le portage salarial vous intéresse ? Contactez-nous !

Les risques d’un portage salarial « low cost »

Avant de se lancer et d’accepter de travailler avec une société de portage salarial à bas prix, il est important de bien s’informer sur le détail de leur accompagnement y compris sur le détail des frais. Selon la Convention Collective des salariés en Portage Salarial, les consultants indépendants doivent trouver eux-mêmes leur clientèle (article 17). Néanmoins, certaines sociétés de portage disposent de partenariats qui leur permettent de proposer quelques offres à leurs consultants.

Le premier risque d’une société de portage qui pratique des prix bas hors marché, est donc de ne proposer aucun accompagnement lors des périodes sans activité et sans clientèle. Ce manque d’accompagnement risque de décourager des consultants en portage et donc de réduire la pérennité de l’activité entrepreneuriale. La Convention Collective du secteur oblige les sociétés de portage salarial, même celles qui proposent des frais de gestion « low cost », à respecter des missions minimales. Cette Convention précise les obligations de la société de portage comme la gestion administrative (Article 18). Les missions relatives au suivi de l’activité, à la formation professionnelle ou à l’assistance juridique ne sont pas obligatoires.
Le second risque est donc de travailler avec une société de portage « low cost » qui n’intègre pas ses missions de base dans leur frais de gestion. Ainsi, un consultant peut se voir facturer des prestations complémentaires par la société de portage.

La réalisation d’une activité professionnelle nécessite un ensemble de protections comme la Responsabilité Civile Professionnelle. À titre individuel, les avantages comme la mutuelle font également partie de cette protection indispensable lorsque l’on entreprend.

Le dernier risque réside donc dans des protections minimales insuffisantes pour votre activité. Entreprendre via le portage salarial est précisément une garantie de protection supplémentaire par rapport à un auto-entrepreneur. À un certain niveau de frais de gestion (en-dessous de 3 ou 4%), il est préférable de créer soi-même son entreprise tant les prestations apportées risquent de vous coûter du temps et de l’énergie.

Quelques conseils avant de commencer en tant que consultant porté

Le choix d’une société de portage ne doit pas être pris à la légère en raison des risques évoqués ci-dessus. Nous vous joignons quelques conseils pour bien démarrer votre activité auprès d’une société de portage :

  • Préférez les sociétés de portage salarial membres du PEPS (Syndicat des Professionnels de l’Emploi en Portage Salarial).
  • Faites la demande précise des prestations de chaque société de portage salarial identifiée et réalisez la comparaison.
  • Lisez les intitulés exacts des prestations fournies par les sociétés « low cost ». Certaines vous vendent la gestion libre de vos clients ou de vos horaires comme des services alors que ce sont les attributions légales du salarié porté.
  • Les frais de gestion « low cost » peuvent revenir plus cher qu’une création d’entreprise. Se voir prélever 2 ou 3 % du chiffre d’affaires pour des prestations décevantes peut devenir problématique.
  • Faites attention aux coûts cachés en raison de prestations indispensables à votre activité et qui vous seraient facturées par la société de portage « low cost » en dehors des frais de gestion.
  • Prenez contact avec des salariés en portage salarial sur les réseaux sociaux professionnels. Leurs témoignages peuvent apporter des éléments de compréhension sur votre choix. N'hésitez pas à participer aux événements que certaines sociétés de portage salarial organisent pour rencontrer d'autres consultants mais aussi les équipes.

Notez cet article :

Les actualités :