En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. Portage salarial ou coopérative d'activité | Bien choisir son statut

Portage salarial ou coopérative d'activité | Bien choisir son statut

Portage-salarial-ou-coopérative-d-activité-bien-choisir-statut

Avant de créer une entreprise et de choisir un statut comme l’EURL ou la SASU, choisir le portage salarial ou la coopérative d’activité est une alternative pour tester son projet. Sur le papier, ces deux statuts ont des similitudes, mais dans les faits, est-ce vraiment le cas ?

La coopérative d’activité, comment ça marche ?

La coopérative d’activité et d’emploi est organisée soit sous forme de SARL ou SA ou soit en SCOP (société coopérative de production). Les salariés associés ont plus de 50% des parts. La coopérative est dirigée par un gérant et des chargés de mission.

Elle permet de tester une production ou un statut. Le porteur de projet devient entrepreneur salarié. Il bénéficie d’un CDI et du régime social du salarié. Il est accompagné tout au long de son projet. La coopérative se charge de sa comptabilité et lui verse également un salaire. Il échange avec d’autres entrepreneurs salariés. Il donne son avis sur la gestion lors des réunions mensuelles.

La coopérative d’activité s’adresse aux demandeurs d’emplois ou aux salariés en CDD et CDI. Excepté certaines professions réglementées ou demandant un investissement trop important, ce mode de fonctionnement est ouvert à tous les secteurs comme des prestations de service ou encore une activité liée au commerce.

Dans un premier temps, l’entrepreneur salarié expose son projet. Si celui-ci correspond à l’esprit de la coopérative d’activité, une convention d’accompagnement est signée. Dans un premier temps, il y a une période de test au cours de laquelle il garde son statut précèdent. Dans un second temps, si son chiffre d’affaires est suffisant, il lui est proposé un CDI et devient entrepreneur salarié. Sa rémunération est définie selon son chiffre d’affaires prévisionnel, duquel sont déduits les charges sociales mais également les frais de 10% reversés à la coopérative. Ces frais correspondent aux services proposés et sont dus dès la première facture de vente.

L’entrepreneur salarié se charge de la prospection, de la négociation et fixe ses tarifs. Une fois la prestation terminée, il établit une facture avec les coordonnées de la coopérative. Si son projet est viable, il peut par la suite créer son entreprise mais également devenir associé et s’occupera conjointement de la gestion de la coopérative.

Et le portage salarial dans tout ça ?

Le portage salarial est une relation triangulaire entre le salarié porté, la société de portage salarial et l’entreprise cliente. Le portage salarial est ouvert aux porteurs de projets, aux consultants, aux cadres à la recherche d’un emploi ou d'un nouveau challenge, aux séniors actifs, aux jeunes diplômés, aux managers de transition, ou les professionnels en reconversion professionnelle, qui souhaitent créer leur activité.

Le portage salarial accueille les prestations intellectuelles comme formateur, coach, consultant, ou encore de manager de transition. Les salariés portés peuvent intervenir dans de nombreux domaines comme l’informatique, l’IT, la recherche et le développement, le marketing digital, l’industrie, …

Il existe plusieurs conditions pour devenir salarié porté (selon la Convention collective de 2017) :

  • La perception d’une rémunération minimum
  • Être autonome dans la recherche d’une mission
  • Être titulaire d’un Bac+2 ou avoir trois ans d’expérience dans son secteur d’activité
  • Avoir l’expérience pour porter le titre « agent de maitrise-technicien » ou de « cadre »

C’est le futur porté qui choisit et se rapproche de la société de portage salarial. Une convention d’adhésion est signée reprenant les engagements de chacun. L’obtention d’une première mission lui permet de signer un contrat de travail, soit en CDI ou soit en CDD.

Effectuer des prestations lui permet de percevoir un salaire versé par la société de portage salarial. Il s’agit de son chiffre d’affaires duquel sont notamment déduits les charge sociales et les frais de gestion. Ces derniers sont les honoraires de la société en échange de ses services. Ils varient entre 6% et 12%.

La société de portage salarial accompagne le porté tout au long de son activité et l’aide à se développer, notamment par le biais de conseils et de formations. Le porté est libre de choisir ses missions, de définir sa prospection ainsi que ses honoraires. La société de portage salarial a un droit de regard puisque le contrat de prestation est établi entre elle et l’entreprise cliente.

La société de portage salarial se charge de la gestion du porté et met à disposition son réseau professionnel.

Alors, comment choisir entre ces deux statuts ?

Bien qu’ils aient la même vocation, le portage salarial et la coopérative d’activité ne s’adressent pas au même public. Les conditions pour signer le contrat de travail sont différentes. En portage salarial, il est signé plus rapidement car il suffit d’une mission et non d’un chiffre d’affaires minimum. La place du porté et de l’entrepreneur salarié au sein de leur entité respective est également différente.

L’accompagnement est différent et peut-être plus complet en portage salarial, notamment avec l’accès au réseau professionnel et les différentes rencontres avec les experts et les entreprises pour se développer.