En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies et leur communication à des tiers, afin de vous offrir contenus et publicités liés à vos centres d'intérêt.

  1. Accueil
  2. Différences entre les statuts | Bien choisir son statut

Différences entre les statuts | Bien choisir son statut

Les-questions-a-se-poser-differences-entre-les-statuts

Qui n’a pas rêvé de créer son entreprise ? Être totalement indépendant et autonome pour gérer son activité ? Avant de sauter le pas, un statut juridique doit être choisi. Afin de ne pas se tromper, différentes questions doivent être posées, notamment sur ses objectifs professionnels, les formalités de création ou encore l’investissement financier. Il est important d’étudier tous les avantages et tous les inconvénients avant de prendre la bonne décision.

Les formalités pour créer votre entreprise

Selon le statut que vous allez choisir, les démarches peuvent être fastidieuses. Pour l’entreprise individuelle, vous avez le choix entre le régime micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur) et l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée). Pour le premier, les formalités sont simples. Elles se font également à distance. Vous faites une seule déclaration qui est centralisée et transmise à tous les organismes. Pour l’EIRL, c’est un peu plus complexe. Plusieurs documents sont nécessaires et cette création a un coût, notamment les frais de greffe et l’acte d’affection d’un bien immobilier.

Quant à l’EURL et la SASU, si vous n’êtes pas un habitué, il est recommandé de s’adjoindre les services d’un professionnel du droit des entreprises, notamment pour rédiger les statuts. Il est important de s’attarder sur ce document car s’il est mal rédigé, les conséquences peuvent être néfastes pour la pérennité de votre entreprise. Vous devrez vous acquitter de frais pour la déclaration mais également d’honoraires si vous faites appel à un professionnel.

Que vous soyez en portage salarial ou en coopérative, vous n’avez pas d’entreprise à créer. Vous êtes indépendant avec un statut de salarié. La condition pour bénéficier de ce statut est de négocier une première mission. Pour le portage salarial, cette première mission vous permet de signer votre contrat de travail alors que pour signer un CDI dans une coopérative, il vous faudra un chiffre d’affaires minimum.

L’investissement financier

Pour les statuts micro-entrepreneur, EIRL, SASU et EURL, vous devez ouvrir un compte dédié à votre activité, afin de bien faire la séparation en compte personnel et professionnel. Étant donné qu’en portage salarial et dans une coopérative d’activité, vous recevez un salaire, celui-ci est versé sur votre compte personnel.

Comme nous l’avons précédemment vu, vous avez, en plus, des frais de création pour les statuts juridiques suivants EIRL, SASU, et EURL. Pour ces deux derniers, vous devez déclarer un capital social pour lequel il n’y a pas de minimum. Cette déclaration vous permet de ne pas engager votre patrimoine personnel, alors que pour le régime micro-entrepreneur, excepté votre résidence principale, il n’existe pas de séparation à moins que vous fassiez une déclaration d’insaisissabilité.

Si vous optez pour le portage salarial ou pour la coopérative d’activité, vous n’avez pas de frais. Au début de votre activité, vous avez des frais d’investissement notamment en termes de prospection, sachez qu’en portage salarial, vous pouvez demander le remboursement de vos frais de fonctionnement sous certaines conditions.

La liberté d’action

Un des critères importants à vérifier lorsqu’on souhaite créer son activité est la liberté d’action. Certes, les statuts comme le régime micro-entrepreneur, l’EIRL, la SASU et l’EURL vous permettent une totale liberté d’action. Vous avez à charge d’effectuer votre prospection, votre tarification, votre comptabilité, vos missions, …. En portage salarial, vous vous consacrez uniquement à vos missions, votre coeur de missions et à l’accroissement de votre chiffre d’affaires.

La gestion administrative

La gestion administrative et comptable sont des tâches chronophages. En début d’activité, vous n’avez peut-être pas la possibilité de vous faire aider par un comptable. En créant votre entreprise, vous êtes indépendant mais prisonnier de votre gestion, ce qui peut être un frein au développement de votre activité. En portage salarial ou dans une coopérative, vous déléguez ces tâches. À la suite des informations que vous transmettez, la société de portage salarial adresse les factures aux clients, se charge du recouvrement et des relances. Elle rédige les contrats de prestation. Elle déclare et paye les charges sociales. Elle établit vos fiches de paie.

En portage salarial, il ne s’agit pas que d’un accompagnement administratif. La société vous aide à développer votre activité en mettant à disposition des ateliers formation mais également son réseau professionnel. Cet accompagnement se fait en contrepartie de frais de gestion généralement situées entre 6 et 12%.

La couverture sociale

En portage salarial et dans une coopérative d’activité, vous bénéficiez du statut de salarié et par conséquent de la même protection sociale, à savoir la sécurité sociale et la retraite, la prévoyance, la retraite complémentaire, la mutuelle d’entreprise, les allocations chômage. Quand vous créez votre entreprise, vous dépendez, généralement, du régime des travailleurs non-salariés. Si vous souhaitez une retraite complémentaire, une prévoyance ou une mutuelle, vous devez souscrire des contrats supplémentaires. De même, en cas d’échec dans votre activité, vous ne percevez pas les allocations de Pôle Emploi.