1. Accueil
  2. NEWS
  3. Consultant en portage salarial : nos petits conseils pour éviter le burn-out

News / Conseils

Consultant en portage salarial : nos petits conseils pour éviter le burn-out

Les actualités :
Consultant-portage-salarial-burnout

Travailler en tant que consultant en portage salarial ou freelance peut être aussi source de stress et de pression au quotidien. Le consultant comme tout autre professionnel peut être touché par le burn-out, encore appelée usure à « petit-feu ». Quelles en sont les causes ? Quels sont les petits conseils à mettre en pratique pour l'éviter ?

Quelles sont les causes du burn out ?

Travailler en tant qu’indépendant attire de plus en plus de salariés. En effet, ce statut recèle divers atouts : l’attrait de la liberté des horaires, l’absence de hiérarchie et de projets imposés et l’autonomie sont des critères mis en avant. Mais le burn-out peut toucher toutes les personnes en activité et notamment les consultants autonomes.

Le terme est connu de tous. Le burn out représente un état d’épuisement complet dont il est difficile de sortir tout seul. Le rythme de notre société oblige à vivre à 100 à l’heure. De nombreuses contraintes quotidiennes s’ajoutent au travail, par exemple se lever très tôt dans le cas d’embouteillages... Le corps réagit avec le stress et nous met en alerte. En réalité, l’alliance épuisement émotionnel et épuisement physique conduit directement au burn out, appelé le mal du siècle.

Pourquoi les consultants en portage salarial sont concernés par cet état ? Comment est-il possible d’anticiper les premiers signes du burn-out et de s’en sortir ?
Listing des erreurs et conseils à suivre : ils vous aideront concrètement au quotidien : 

Une charge de travail conséquente

D’après de récentes études de l’INSEE, les travailleurs indépendants ne comptent pas leurs heures de travail effectuées. Ils déclarent environ 55 heures par semaine alors qu’un salarié est à 39 heures en moyenne. 7% travaillent à temps partiel alors que les travailleurs partiels représentent 16% dans le privé.

Il est vrai que la rémunération due pour une mission importante est respectée. Toutefois, le nombre d’heures dédié à cette mission est conséquent. Aussi, le meilleur conseil à suivre est d’ajuster la mission selon le temps réel passé, vous pourrez ainsi la réaliser de manière plus sereine.

Un travail en totale immersion

Il s’agit d’une autre caractéristique des consultants. Afin de réaliser leur mission, ils doivent s’immerger dans leur projet. Ils s’impliquent aussi de manière personnelle avec leur clientèle. Par conséquent, il apparait complexe de mettre le travail de côté une fois à l’extérieur de son bureau.

Le conseil à adopter dans ce cas est de trouver son rythme, selon vos périodes de récupération. Il est vrai que vous pouvez avoir l’impression de perdre du temps à vous ressourcer, mais ce temps est propice à une augmentation de votre efficacité. Il est vrai que les sportifs de haut niveau connaissent parfaitement leur corps, et choisissent en fonction les phases pour se ménager des pauses.

Il est aussi capital de s’accorder tout au long de l’année des périodes intenses et d’autres moins afin de profiter pleinement de ces phases plus calmes et ce sans culpabiliser.

La solitude, un risque à souligner

Le consultant en portage salarial ou le freelance travaille régulièrement seul. Toutefois ce travail en autonomie ne veut pas dire obligatoirement isolement. Comment est-il possible de porter des responsabilités d’une mission, seul et comment parvenir à dépasser les moments de doutes et de découragement ?

L’adhésion à un groupe ou à un réseau de personnes avec la même activité constitue une solution. Vous aurez peut-être l’impression de perdre du temps car aucun client ne se cache dans ce réseau. Mais, rencontrer, échanger avec d’autres sur les complexités de l’activité, sur les projets, est intéressant voir fondamental. Vous pourrez même y piocher quelques idées.

Effectuer une facturation au résultat  

Les consultants autonomes tendent à estimer leurs revenus en proportion du temps passé. Provenant du monde salarial, les indépendants ont été immergés dans cette culture professionnelle des années durant.

Toutefois, tenir ce type de raisonnement est risqué. Vous devez être bien conscient de votre apport à une entreprise. Vous lui permettez de gagner du temps, ainsi, il est plus judicieux de présenter une rémunération selon cet état des faits. Vous n’êtes pas obligé de passer des heures et des heures sur un projet comme justification de vos honoraires. Il est primordial de prendre de la distance avec vos procédés de travail, les résultats sont les plus importants, la manière l’est moins.

Une polyvalence nécessaire 

Le consultant, dans le cadre d’un projet, peut réaliser une tâche pour laquelle il n’a pas reçu de formation. Par exemple, la recherche de financement, la négociation commerciale, la gestion de projets ou la prospection peuvent correspondre à ces situations. Il s’agit de demandes que le consultant n’apprécie pas obligatoirement d’effectuer, lui fournissant peu de reconnaissance. De plus, ces tâches peuvent devenir usantes.

L’important est de s’associer ou de se former. En effet, un autre consultant spécialiste pourra intervenir et vous ne perdrez pas de temps. Vous pourrez par la suite lui renvoyer l’ascenseur en temps et en heure.

Acceptation de toutes les missions 

Il faut souligner que l’incertitude de salaires pour le lendemain peut conduire le consultant à accepter plusieurs missions. Et cette situation se déroule aussi lorsque le salarié porté est à 100% de son temps de réalisation. Aussi, il s’avère intéressant de sélectionner les offres avec une haute rentabilité. Vous laisserez ainsi de côté d’autres opportunités. Profitez-en pour informer d’autres partenaires de ces missions, ou un concurrent. Il fera de même par la suite.